Heberger image

 

Dimanche 2 octobre à 20h45


Cinéma Utopia
5 Place Camille Jullian, Bordeaux

Tarif : 6,50 euros ou ticket d'abonnement Utopia

BLIND SUN


Un film de Joyce A. Nashawati
France-Grèce, 2016, couleur, 1h28
DCP - VF et VOSTFR

Avec Ziad Bakri, Yannis Stankoglou, Louis-Do de Lencquesaing, Laurène Brun, Mimi Denissi...

En présence de la réalisatrice.

La Grèce dans un futur proche. Ashraf, un immigré solitaire, se voit confier la garde d’une luxueuse villa perdue au cœur de l’été caniculaire. Au-delà de la propriété, la région, touchée par une pénurie d’eau, est au bord du chaos social. Rapidement, l’isolement d’Ashraf fait basculer son état mental…

Le coup de fouet nécessaire donné au fantastique hexagonal sera finalement venu de deux réalisatrices francs-tireuses avec ÉVOLUTION de Lucille Hadzihalilovic et BLIND SUN de Joyce A. Nashawati. Pour ce dernier, injustement privé de sortie sur les écrans bordelais, la séance de rattrapage s’imposait ! Dès ses films courts, la jeune cinéaste fuit les stéréotypes du fantastique (pas de zombies…) et offre une vision placée sous le signe de l’Ange du bizarre cher à Edgar Allan Poe. BLIND SUN déloge ainsi l’angoisse de ses zones ténébreuses pour l’exposer à une lumière aveuglante et donner « l’impression de chaleur dans la matière-même de l’image » dixit la réalisatrice. Le récit, infusé par une inquiétude sourde, ne s’offre alors qu’au prix d’une combustion lente. Le spectateur, invité à l’envoûtement, navigue aux frontières d’une abstraction digne d’un huis-clos polanskien et se confrontera, peut-être, à l’irrésolu.
Mais le film est aussi en prise directe avec la crise européenne actuelle (inégalités sociales, monopole sur l’accès à l’eau, migrants, émeutes, répression policière), faisant de BLIND SUN une anticipation pas si dystopique que ça.
Le voyage au bout de lui-même qu’entreprend le héros, ce "cauchemar dans lequel il s’enfonce doucement", embrasse alors la crise d’une Europe étouffée et déjà agonisante.

Film annonce