Heberger image

 

Jeudi 7 avril 2016 à 20h45


Cinéma Utopia
5 Place Camille Jullian, Bordeaux

Tarif : 6,50 euros ou ticket d'abonnement Utopia

CRUISING


(La Chasse)
Un film de William Friedkin
USA, 1980, couleur, 1h46
Projection numérique - VOSTFR restaurée

Avec Al Pacino, Paul Sorvino, Karen Allen...
Musique de Jack Nitzsche.

Interdit aux moins de 16 ans

New-York, 1980. Une vague de meurtres touchant le milieu homosexuel tendance cuir/SM agite la ville. Steve Burns, jeune policier ambitieux accepte d’infiltrer cette communauté et ses lieux de rencontres pour enquêter. Immergé dans un monde aux règles totalement étrangères aux siennes, obsédé par le tueur, il sombre peu à peu…

Exemplaire parcours que celui de William Friedkin, qui à lui seul résume la désormais glorieuse décennie du Nouvel Hollywood, partie d’une totale liberté accordée aux auteurs à l’inflexible reprise financière des studios après quelques échecs ayant failli causer leur perte pure et simple. Devenu en l’espace de deux films (FRENCH CONNECTION et L’EXORCISTE) l’enfant chéri du cinéma américain, il en deviendra aussi rapidement un paria après le désastre financier de ce qui reste pourtant son chef-d’œuvre, l’immense SORCERER. Mais, à la différence d’autres, rentrés dans le rang ou ayant jeté l’éponge, Friedkin ne réfrène en rien ses ardeurs et livre avec CRUISING l’un des sommets, trouble et ambigu, de sa filmographie. Cinéaste du mal, obsédé par le concept de morale, Billy le Dingue (son surnom) prend les backrooms moites du New-York interlope de la fin des 70’s comme décorum d’un récit tortueux et torturé, aussi mental que viscéral. Ou quand la chasse d’un tueur en série par un policier infiltré, devenant exploration d’un esprit déchiré par la perte de repères moraux, aboutit finalement à une réflexion sans fard sur le moteur pulsionnel humain. Enorme prise de risque et accueil à la hauteur, puisque le film sera conspué, taxé d’homophobie et fui par le public. Plus de trente ans après, on ne peut être que soufflé par l’audace thématique et formelle du cinéaste, qui sous le vernis d’un thriller sombre aux influences giallesques, propose une œuvre profondément expérimentale, aux lectures infinies. L’un des plus beaux films malades de la période, à réhabiliter d’urgence.

Film Annonce

Le film sera suivi de la projection d'un court-métrage surprise, pour public TRES averti.